Audioprothèses : il est temps d'engager le débat

02/10/2015 12:03

Le Bucodes SurdiFrance auquel notre association est afflilée salue l’intéressante étude que l’UFC-Que Choisir a publiée lundi 28 septembre 2015 sur son site, dénonçant le sous-équipement des Français en audioprothèses et plusieurs dysfonctionnements qui entourent la commercialisation et la prise en charge de ce produit de santé.

Cette étude réaffirme le constat, précédemment établi par le Bucodes Surdifrance dans son rapport de novembre 2014, Le reste à charge en audioprothèse : le prix et le reste à charge sont trop élevés et souvent dissuasifs pour les patients. Cela est particulièrement vrai pour les plus de 60 ans qui, contrairement aux plus jeunes, n’ont pas accès aux aides de la MDPH et des organismes qui financent l’accessibilité en milieu professionnel. Le second constat que nous partageons pleinement est celui d’un besoin de transparence à tous les niveaux dans l’intérêt de l’usager.

L’enquête de l’UFC-Que Choisir a été largement reprise par de nombreux médias et nous ne pouvons que nous réjouir de cet impact médiatique. Elle aborde la question sous l’angle du marché de l’audioprothèse et cela nous semble un point d’entrée essentiel. Cependant, malgré la remarquable qualité et la précision du travail d’investigation réalisé par l’UFC-Que Choisir, cette étude n’est pas exempte de défauts. Le raisonnement qui consiste à penser qu’en doublant le nombre d’audioprothésistes, la concurrence fera baisser les prix s’avère caduque. Nous publierons prochainement un article sur ce sujet dans le magazine 6 Millions de Malentendants et sur le site surdifrance.org. L’UFC-Que Choisir ne mentionne pas non plus l’incroyable dispersion des prix pratiqués pour un même appareil, qui varient couramment du simple au double, ni la qualité de service, très inégale d’un audioprothésiste à l’autre.

Le Bucodes SurdiFrance, association reconnue d’utilité publique, qui fédère plus de 40 associations de personnes devenues sourdes et malentendantes en France estime qu’il est plus que temps que les pouvoirs publics prennent l’initiative de réunir toutes les parties prenantes à ce débat les représentants des usagers, du corps médical, des industriels, des audioprothésistes et des instances politiques pour engager un travail de concertation et apporter des réponses concrètes à cet enjeu de santé publique.

Précédent

Rechercher

Photo utilisé dʼaprès Creative Commons broo_am, Valerii9116, mendhak, VinothChandar, Rookuzz, brillianthues  © 2014 Tous droits réservés.