Les aides financières

24/10/2015 18:22

Une baisse de l’audition doit être considérée avec sérieux : elle nécessite une consultation d’un médecin ORL (sur prescription du médecin traitant).
Si cette baisse auditive ne relève pas d’un traitement par médicament ou par chirurgie, ce qui est une situation fréquente, il faut se tourner vers les moyens techniques et/ou humains qui permettent de la compenser, au moins en partie.

 

Les aides techniques :

  • appareils de correction auditive (ou prothèses auditives),
  • implants d’oreille moyenne,
  • implants cochléaires et du tronc cérébral,
  • les autres aides techniques : flashes ou systèmes vibrants, réveils vibrants et/ou lumineux, téléphones spéciaux et amplificateurs de téléphones, boucles magnétiques, casques pour la télévision, systèmes FM complémentaires aux appareils de correction auditive… 

Les aides humaines à la communication :

  • répétiteur en lecture labiale,
  • transcripteur de la parole,
  • interprète en LSF, Langue Signée Française,
  • codeur LPC, Langage Parlé Complété.

 Toutefois ces moyens qu'il soient humains ou techniques sont onéreux. 

Plusieurs organismes ont pour mission de distribuer les aides financières aux personnes qui remplissent les critères pour y prétendre. Il ne faut pas hésiter à les contacter et à faire autant de dossiers si cela est nécessaire.

Recommandation : avant toute démarche, prendre contact avec l’association de malentendants la plus proche de chez vous qui pourra vous guider pour le montage du dossier.

Vous trouverez dans  ce document édité par l'association Oreille et vie (56)   "Déficients auditifs : quelles aides financières? "  ces différentes aides détaillées.

 

Précédent

Rechercher

Photo utilisé dʼaprès Creative Commons broo_am, Valerii9116, mendhak, VinothChandar, Rookuzz, brillianthues  © 2014 Tous droits réservés.